Une porte de sortie intrigante

Je tourne mon regard vers LA porte

Je vais mal*

La porte se referme toujours sur moi

Je préfère souvent qu’elle soit fermée

Je ne sais pas ce qu’il y a de l’autre côté

On dirait la fin d’un chemin

Où je ne veux pas avancer.

Pourtant, il faudra y passer un jour

Dans ce monde infini, étrange

Et à la limite menaçant.

 

La mort, un grand mot !

 

Et pourtant, je suis comme à ma naissance

Où j’étais aussi devant une porte

Qui voulait me jeter dans un monde inconnu.

Serait-ce une nouvelle naissance

Encore plus éprouvante,

Mais d’autant plus merveilleuse

Que ma première ?

Serais-je ici devant une porte

Qui me conduit directement dans l’Infini ?

Dans un Univers inimaginable.

D’autant plus que ma croyance

En un Dieu infiniment Bon

Et qui m’aime personnellement

Se base sur sa Parole

Et sur le fait qu’il réalise sa Parole.

 

Dominique Bédard

*(Je ne vais pas mal)

Étrange étranger

Étrange étranger

 

Je me dis :

«Tu peux lever la tête

Quand tu vois l’étranger

Qui t’effraie,

Pour accueillir son regard

Et tenter un sourire.»

 

Dominique Bédard

26 juin 2017

Parcours fluvial

Longeant le beau fleuve,

L’histoire de nous.

Un noyer cendré se dresse,

Seul, près du cap rouge.

Il arbore fière allure.

La prestance de l’arbre,

Son feuillage abondant !!

Des noix d’août s’apprêtent

À y mûrir.

Sa main douce

Touche l’écorce ridée,

Geste moelleux,

Reconnaissant.

Lui, frôle sa joue

De ses lèvres tendues.

Parcours fluvial

Noix goûtée.

Résultats de recherche d'images

Dominique

Berceau du monde

Québécois pourquoi ?

Québécois comment ?

À quoi sert-on dans l’univers ?

Pour QUOI sommes-nous en chemin ?

En chemins historiques,

En chemins à tracer,

Ensemble à franchir

Des possibles pour la Vie ?

Comme un filet d’eau devenant fleuve vivant,

Métamorphose qui annonce

Celle du monde à présent divisé.

En vrai, celle qui se tisse, qui nous unit de fil à fil

À l’intérieur de chacun,

De tout «nous autres, québécois»,

En silence, fragile,

Et pourtant, force neuve

Comme l’enfant qui sortira

De son berceau.

Dominique

Racines

 

Développer ses filons de vie

Ne pas les laisser suspendus

Comme des cordes mortes

D’une guitare effilochée,

Des cordes «déguinglandées»

Qui ne jouent que stridence et taille-fer.

Non

Plutôt rechercher, ressentir du bout des doigts

Les saines racines de l’harmonie

Celles où coule profond la pleine vie

Dans la caisse de résonance souterraine.

Dominique

Ce Royaume (3)

87286613_o

(Suite…)

Par chance oui qu’il a semé un peu de confiance
Autrement, je me serais arrêté,
J’aurais planté là ma tente et je me serais couché
Pour cesser le voyage.
Mais ce que j’ai vu est immense,
Il est grand ce Royaume intérieur, il dépasse de loin les limites physiques de mon corps.
Il est de souffle et de vie, il est de décision, d’action et de création.
Il est de lumière et de prière du soir et du matin.
C’est la vie, la Grande, celle qui se conjugue au monde ambiant, Aux Cieux et aux Eaux
Qui va au-delà des galaxies.
J’y suis à la fois seul et entouré d’Êtres magnifiques de tous les ordres de l’existence.

Quelle promesse !

Dominique Bédard

Ce Royaume (2)

Bien sûr qu’il faut avancer, mais comment avec ce frisson
Qui me parcourt rapidement le corps,
Le cœur qui bat plus vite, la digestion pénible ?

Objets, personnes,
Un monde à la fois captivant, multiple, vivant
En même temps que dangereux et hostile.
En moi, ce Royaume qui paraît parfois peu hospitalier
Et peu protecteur en cas de faim, de soif ou de solitude.

A sa demande insistante, j’ai laissé entrer une Personne dans ce Royaume,
Tout au fond de moi, un Être humain et divin, qui me dit souvent :
«Ne crains pas».
Il a un regard si doux, si pénétrant, si aimant.
Il m’a dit aussi plein d’autres paroles.
Il a semé chez moi un peu de confiance.

 

Dominique Bédard

Ce Royaume


Je ne sais pas bien quelle est la longueur et la profondeur
De ce Royaume qui veut s’installer en moi, et qui m’attire.
Ça me fait penser aux contes d’Alice au pays des merveilles
Dont j’ai entendu quelques épisodes à la radio, enfant,
et dont j’ai lu quelques passages.

photo-alice-au-pays-des-merveilles-de-tim-burton-4167675sxhdb

J’ai oublié bien des détails, mais ce qui m’apparaît comme souvenir
C’est un domaine vaste, probablement souterrain où il y a plein
De choses étranges qui font merveille, qui stimulent l’imagination
Et donnent le goût d’entendre et de voir toujours plus.

Une sorte d’ouverture sur l’extraordinaire.

Non, je ne sais pas ce qu’il y a à l’intérieur de moi de ce Royaume si extraordinaire.
Je soupçonne seulement qu’il y ait des personnes, des sentiments divers, des animaux de toutes sortes, des objets. Et que le tout, bien qu’attirant, ne soit pas toujours rassurant. Faut-il avancer ?

Dominique Bédard

La Paix

 

La Paix

La Paix n’est pas l’immobilité
Elle n’est pas non plus l’absence de conflit ou une tranquillité absolue.
Elle ne ressemble en rien à l’isolement,
Même si on ne peut la ressentir qu’en soi.

Peut-elle être un objectif à poursuivre avec effort ?
Une recherche de détente et de non-souffrance ?
Ou bien n’est-elle pas plutôt le fruit précieux et délicieux,
Résultant de l’accueil bienveillant en soi de la Source de Paix universelle
Qui nous est déjà présente à notre venue au monde ?
Paix qui est fondée sur la Révélation que cette Source
Est une Personne toute aimante qui veut être en nous
Et nous attend à l’intérieur de nous-même,
Dans notre intelligence, dans notre cœur, notre corps physique,
Notre imagination, nos espoirs.

Paix des profondeurs, pleine de Toi.
La Paix est le fruit de la Justice et de l’Amour.

Là où je contribue à l’injustice et au mal-être des autres et au mien, je ne peux amener de Paix.
La Paix n’est pas humaine, elle est pratiquement inapplicable très longtemps avec nos seules forces.

Elle est comme le pardon, d’origine divine. Il faut la recevoir et la semer pour la donner.
Le 21 septembre est la journée mondiale pour la Paix. Elle commence par un sourire sincère, 5 fois par jour.

Les bonnes idées

«Dans l’œil du dragon».

Il y a beaucoup de bonnes idées chez les entrepreneurs.
Et on est prêt à y mettre le paquet d’argent….
À quand les idées qui renouvellent les relations entre les humains
Et qui diminuent le désir de con — sommer ?
J’ai vu hier aux nouvelles de Radio-Canada
Qu’il y a des bars qui offrent aux clients
de laisser leur téléphone supposément intelligent
à l’entrée,
Afin de favoriser les échanges entre les gens.
Bonne idée.
Il semble qu’en moyenne les gens vont voir
Sur leur téléphone 150 fois par jour.
Connaissez-vous d’autres bonnes idées à mettre en pratique ?

Dominique Bédard