Racines

 

Développer ses filons de vie

Ne pas les laisser suspendus

Comme des cordes mortes

D’une guitare effilochée,

Des cordes «déguinglandées»

Qui ne jouent que stridence et taille-fer.

Non

Plutôt rechercher, ressentir du bout des doigts

Les saines racines de l’harmonie

Celles où coule profond la pleine vie

Dans la caisse de résonance souterraine.

Dominique

Ce Royaume (3)

87286613_o

(Suite…)

Par chance oui qu’il a semé un peu de confiance
Autrement, je me serais arrêté,
J’aurais planté là ma tente et je me serais couché
Pour cesser le voyage.
Mais ce que j’ai vu est immense,
Il est grand ce Royaume intérieur, il dépasse de loin les limites physiques de mon corps.
Il est de souffle et de vie, il est de décision, d’action et de création.
Il est de lumière et de prière du soir et du matin.
C’est la vie, la Grande, celle qui se conjugue au monde ambiant, Aux Cieux et aux Eaux
Qui va au-delà des galaxies.
J’y suis à la fois seul et entouré d’Êtres magnifiques de tous les ordres de l’existence.

Quelle promesse !

Dominique Bédard

Ce Royaume (2)

Bien sûr qu’il faut avancer, mais comment avec ce frisson
Qui me parcourt rapidement le corps,
Le cœur qui bat plus vite, la digestion pénible ?

Objets, personnes,
Un monde à la fois captivant, multiple, vivant
En même temps que dangereux et hostile.
En moi, ce Royaume qui paraît parfois peu hospitalier
Et peu protecteur en cas de faim, de soif ou de solitude.

A sa demande insistante, j’ai laissé entrer une Personne dans ce Royaume,
Tout au fond de moi, un Être humain et divin, qui me dit souvent :
«Ne crains pas».
Il a un regard si doux, si pénétrant, si aimant.
Il m’a dit aussi plein d’autres paroles.
Il a semé chez moi un peu de confiance.

 

Dominique Bédard

Ce Royaume


Je ne sais pas bien quelle est la longueur et la profondeur
De ce Royaume qui veut s’installer en moi, et qui m’attire.
Ça me fait penser aux contes d’Alice au pays des merveilles
Dont j’ai entendu quelques épisodes à la radio, enfant,
et dont j’ai lu quelques passages.

photo-alice-au-pays-des-merveilles-de-tim-burton-4167675sxhdb

J’ai oublié bien des détails, mais ce qui m’apparaît comme souvenir
C’est un domaine vaste, probablement souterrain où il y a plein
De choses étranges qui font merveille, qui stimulent l’imagination
Et donnent le goût d’entendre et de voir toujours plus.

Une sorte d’ouverture sur l’extraordinaire.

Non, je ne sais pas ce qu’il y a à l’intérieur de moi de ce Royaume si extraordinaire.
Je soupçonne seulement qu’il y ait des personnes, des sentiments divers, des animaux de toutes sortes, des objets. Et que le tout, bien qu’attirant, ne soit pas toujours rassurant. Faut-il avancer ?

Dominique Bédard

La Paix

 

La Paix

La Paix n’est pas l’immobilité
Elle n’est pas non plus l’absence de conflit ou une tranquillité absolue.
Elle ne ressemble en rien à l’isolement,
Même si on ne peut la ressentir qu’en soi.

Peut-elle être un objectif à poursuivre avec effort ?
Une recherche de détente et de non-souffrance ?
Ou bien n’est-elle pas plutôt le fruit précieux et délicieux,
Résultant de l’accueil bienveillant en soi de la Source de Paix universelle
Qui nous est déjà présente à notre venue au monde ?
Paix qui est fondée sur la Révélation que cette Source
Est une Personne toute aimante qui veut être en nous
Et nous attend à l’intérieur de nous-même,
Dans notre intelligence, dans notre cœur, notre corps physique,
Notre imagination, nos espoirs.

Paix des profondeurs, pleine de Toi.
La Paix est le fruit de la Justice et de l’Amour.

Là où je contribue à l’injustice et au mal-être des autres et au mien, je ne peux amener de Paix.
La Paix n’est pas humaine, elle est pratiquement inapplicable très longtemps avec nos seules forces.

Elle est comme le pardon, d’origine divine. Il faut la recevoir et la semer pour la donner.
Le 21 septembre est la journée mondiale pour la Paix. Elle commence par un sourire sincère, 5 fois par jour.

Les bonnes idées

«Dans l’œil du dragon».

Il y a beaucoup de bonnes idées chez les entrepreneurs.
Et on est prêt à y mettre le paquet d’argent….
À quand les idées qui renouvellent les relations entre les humains
Et qui diminuent le désir de con — sommer ?
J’ai vu hier aux nouvelles de Radio-Canada
Qu’il y a des bars qui offrent aux clients
de laisser leur téléphone supposément intelligent
à l’entrée,
Afin de favoriser les échanges entre les gens.
Bonne idée.
Il semble qu’en moyenne les gens vont voir
Sur leur téléphone 150 fois par jour.
Connaissez-vous d’autres bonnes idées à mettre en pratique ?

Dominique Bédard

Rempart contre les risques

Devant les risques d’échec dans une vie,
Les risques de se tromper,
De causer son malheur,
Il y a un rempart.

C’est Celui qui donne valeur
À toute personne,
Qui redonne l’existence,
Qui guérit avec son toucher,
Sa parole,
Son cœur de feu,
Dieu, Père, Fils et Esprit !

Dominique

«…au milieu de vous»

«En vérité, je vous le dis, le Royaume des cieux est au milieu de vous»
Luc 17, 201-21

Cette phrase, cette réponse donnée
Aux pharisiens,
Me dit que pour le Christ
Je suis déjà dans son Amour,
Il est en moi, comme il est en tous
Et il s’agit non pas de le ressentir, mais
De l’accueillir
D’entrer en dialogue avec lui
En tout moment
Que la vie me soit rose
Ou qu’elle me cause des soucis.
De là, la dignité de tout homme
Et de toute femme
Démunis ou riche,
En santé ou malade.

Dominique

Mes châteaux

Mes châteaux m’habitent. Ils sont pleins de gens.

Les quidams s’invitent à vivre dedans.

château des amants.

Ils vivent sans limite, ils sont hors du temps.

Le couvert, le gite pour tous les venants.

Pas besoin d’invite, les gens accueillis

Ne sont pas l’élite, mais savoure la vie.

.

Que des hameaux vrais, au milieu des bois

On cueille les bleuets, on s’offre la joie

Du bien le plus pur, l’art de vivr’ ensemble

Dans cette nature, gens et bêtes s’assemblent.

.

Ces châteaux existent, ils sont faits de pierres

A l’usure résistent, suscitent lumière

Dans l’esprit de ceux qui savent capter

L’harmonie des lieux et sa pauvreté.

.

Ces châteaux du peuple sont lieux de sagesse.

Chacun y développe son lot de richesse

Derrière, les jardins sont points de rencontre :

On fait cuire son pain, le soleil se montre.

Rien de luxueux, pas de grandes merveilles

On fait de son mieux, tout le monde y veille.

.

Dans ces châteaux-là, des recoins tranquilles

Pour les créateurs, les trouvères de ville,

Les moines, les penseurs, les chercheurs de feu,

Tous les inventeurs, les prieurs de Dieu.

.

La cour des enfants comprend une rivière

Où l’eau claire descend, où pointent les pierres.

On pêche et se baigne dans les longs méandres

Et les pieds se prennent un massage tendre

Sur le sable fin et les galets cendre.

 .

Les gens naissent et meurent dans cet univers,

Ils donnent leur cœur au touchant mystère

D’une foi confiante au regard d’une mère…

. . . . . . . . . . . . .

La vie,

La vie,

c’est placer sur mes épaules

une fière légèreté de moi,

c’est ressentir comme un vent léger encourageant

la présence énergisante de tous ceux qui veillent en moi,

qui m’aiment

et que j’aime beaucoup.

Alors, aucun obstacle ne me fera trébucher.

 

L’été, une bonne période pour écrire tous les jours, je crois.

Dominique